An M51 missile in a surface launch test. Photo: French Ministry of Armed Forces

“Le Point” has obtained the (long) shopping list the Ethiopian Prime Minister, Abiy Ahmed, sent to the Elysee [Palace]: Rafales, helicopters and nuclear missiles.

Lavrilleux Ariane

17 November 2019

[This article first appeared in the French weekly political and news magazine Le Point]

Two months before being awarded the Nobel Peace Prize, the Ethiopian Prime Minister sent a letter to “His Excellency” President Emmanuel Macron. On July 22, 2019, Abiy Ahmed asked France to help him “strengthen the Ethiopian Air Force” by providing him, on credit, with a state-of-the-art arsenal detailed over three-pages. This list includes: 12 combat aircraft (including Rafale and Mirage 2000), 18 helicopters and 2 military transport aircraft manufactured by Airbus, 10 Dassault drones, electronic jamming systems and, even more surprisingly, some thirty M51 missiles with a range of more than 6,000 kilometers… and nuclear-headed! A request that is extravagant (and illegal), to say the least, given that both France and Ethiopia have signed the nuclear non-proliferation treaty.

For the rest, France certainly endorsed a new defense partnership in March 2019, but no one expected such a military appetite and formalized so quickly from one of the poorest countries on the planet. If we refer to the selling prices of previous similar contracts, the bill could exceed 4 billion euros*.

On a visit to Addis Ababa last spring, Emmanuel Macron’s goal was to develop trade cornered by China and to develop naval forces (which disappeared after the split and independence of Eritrea), writes Point journalist Patrick Forestier. “This cooperation with France is not short-term, it is strategic, it is old and it can go far beyond the naval forces,” Abiy Ahmed said at the time. Everything is in the “beyond.” While the former military-turned-prime minister dreams of the same missiles as the French nuclear submarines, his country has no longer had access to the Red Sea since 1993. As his shopping list suggests, his first priority is to restore the image of his air force, out of breath and “90 years old”.

Leader of East Africa…

Internationally, the leadership of “Abiy” impresses. One year after the peace agreement with the 60-year-old Eritrean enemy, the Prime Minister has established himself as a mediator in Sudan to facilitate the ongoing democratic transition. But not everyone in the region sees this geopolitical renaissance in a good light.

Egypt, in particular, is worried about Ethiopia’s stubbornness in wanting to fill its future dam (“Renaissance”) as soon as possible, without worrying about the dramatic consequences on the flow of the Nile, which irrigates 90% of Egyptian fields. In the midst of a diplomatic crisis, the Ethiopian Prime Minister declared last October: “If we are to go to war, we can mobilize millions of people to defend the dam.” Since the intervention of American mediation at the beginning of November, tensions have gone down a notch, but the dispute is far from being resolved.

Officially, France refuses to get involved in this thorny issue, especially since it has forged a strategic partnership with El-Sissi’s Egypt, one of the main buyers of French armaments since 2014. But Rafale with the Ethiopian flag could seize this Franco-Egyptian relationship. “The Egyptians would take this badly, because we are more than in competition with the Ethiopians, who have done everything to block the diplomatic channel,” says Tewfik Aclimandos, a professor at Cairo University and a connoisseur of the Egyptian General Staff.

By modernizing its air force, “Ethiopia wants to reaffirm its status as a regional power, vis-à-vis its slightly more skeptical neighbors, such as Kenya and Egypt, or Somalia,” explains Sabine Planel of the Institute for Research on Development (IRD). According to this specialist of the country, however, these military ambitions are not at odds with its image as a regional stabilizer, since, by “equipping itself with a military arsenal, Ethiopia is reinforces its credibility in the region as a local guardian of peace and presents itself as a bulwark against the jihadist movements present in the Horn of Africa”.

… on the brink of internal implosion

Ethiopian soldiers are already participating in several peacekeeping missions in Somalia, Sudan and South Sudan. In areas where international organizations tend to delegate their interventions to local actors, Ethiopia intends to “adapt its army to future operations and a regional deterrent force driving joint interventions within the framework of the UN,” says a defense analyst from the region who wishes to remain anonymous and assures that Ethiopia has also turned to the United States, Russia, and Italy to strengthen its arsenal.

This role of regional policeman contrasts with his inability to manage his own internal tensions. Last November, 86 people were killed in protests called by a political opponent. “Ethiopia is on the brink of internal implosion. A more comprehensive restructuring of the military (assuming men would follow arms, even if this were financed from other budgets) would no doubt favor an authoritarian and violent resolution of the current crisis. Any reinforcement of this sector in a crisis situation must be monitored very carefully” warns Sabine Planel.

In debt, can Ethiopia afford it?

Beyond political considerations, could Ethiopia reimburse the French state? In the letter sent to Emmanuel Macron, the Prime Minister himself acknowledges his “glaring lack of foreign currency” and asks for a loan in order “to be delivered in a short period of time”. The communication department of the Élysée assures Le Point that “the agreement signed last March paves the way for sectoral cooperation in the field of the navy and the air force”, but that France “is not at this level of discussion”.

With a public debt of 61%, according to the World Bank, this country of 110 million people is already accumulating foreign loans. Between 2006 and 2015, China lent it $13 billion in exchange for granting licenses for investment projects. In June 2018, Ethiopia’s central bank received $1 billion from the United Arab Emirates, which is believed to have played a role in bringing Ethiopia closer to Eritrea, where their rear base is located in their war in Yemen. Another two billion Emirati dollars will also finance investments in Ethiopia, seen by Abu Dhabi’s Crown Prince Mohammed Ben Zayed as a linchpin of his policy of expansion and influence in Africa.

*Egypt bought 24 Rafale, for around 90 million euros each. According to La Tribune, Ukraine has ordered H-225 Super Puma helicopters at around 15 million euros each, 5 million for the H125M and 11 million for the H145M; India bought around 28 million euros the Airbus C295. Dassault Neuron drones have not yet been exported, but its program has cost 406 million euros.

Untitled document of 11/15/2019 – 1766 published by Alpoisson

===============

La France va-t-elle armer le Prix Nobel de la paix ?

VIDÉO. « Le Point » s’est procuré la (longue) liste de courses du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, envoyée à l’Élysée : des Rafale, des hélicoptères et des missiles nucléaires.

Par Lavrilleux Ariane

Publié le 17/11/2019 à 15h00 – Modifié le 18/11/2019 à 14h32

Deux mois avant d’être auréolé du prix Nobel de la paix, le Premier ministre éthiopien s’est fendu d’un courrier à « Son Excellence » le président Emmanuel Macron. Le 22 juillet 2019, Abiy Ahmed demande à la France de l’aider « à renforcer l’armée de l’air éthiopienne » en lui fournissant, à crédit, un arsenal de pointe détaillé sur trois pages. Cette liste comprend : 12 avions de combat (dont des Rafale et des Mirage 2000), 18 hélicoptères et 2 avions de transport militaire fabriqués par Airbus, 10 drones Dassault, des systèmes de brouillage électronique et, encore plus surprenant, une trentaine de missiles M51 d’une portée de plus de 6 000 kilomètres… et à tête nucléaire ! Une demande pour le moins extravagante (et illégale) sachant que la France comme l’Éthiopie ont signé le traité de non-prolifération nucléaire.

Pour le reste, la France a, certes, entériné un nouveau partenariat de défense en mars 2019, mais personne ne s’attendait à un tel appétit militaire et formalisé aussi rapidement de la part de l’un des pays les plus pauvres de la planète. Si l’on se réfère aux prix de vente de précédents contrats similaires, la facture pourrait dépasser les 4 milliards d’euros*.

En visite à Addis-Abeba au printemps dernier, l’objectif d’Emmanuel Macron était de développer le commerce accaparé aujourd’hui par la Chine et de développer des forces navales (qui ont disparu après la scission et l’indépendance de l’Érythrée), écrit le journaliste du Point Patrick Forestier. « Cette coopération avec la France n’est pas de court terme, elle est stratégique, elle est ancienne et elle peut aller bien au-delà des forces navales », avait alors annoncé Abiy Ahmed. Tout est dans le « au-delà ». Si l’ex-militaire devenu Premier ministre rêve des mêmes missiles que ceux des sous-marins nucléaires français, son pays n’a plus d’accès à la mer rouge depuis 1993. Comme le laisse penser sa liste de courses, sa priorité est d’abord de redorer le blason de son armée de l’air, à bout de souffle et « vieille de 90 ans ».

Leader de l’Afrique de l’Est…

À l’international, le leadership d’« Abiy » impressionne. Un an après l’accord de paix avec l’ennemi érythréen de 60 ans, le Premier ministre s’est imposé comme médiateur au Soudan pour faciliter la transition démocratique en cours. Mais, dans la région, tous ne voient pas d’un bon œil cette renaissance géopolitique.

L’Égypte, en particulier, s’inquiète de l’entêtement éthiopien à vouloir remplir au plus vite son futur barrage (« Renaissance »), sans se soucier des conséquences dramatiques sur le débit du Nil irriguant 90 % des champs égyptiens. En pleine crise diplomatique, le Premier ministre éthiopien avait déclaré en octobre dernier : « Si nous devons entrer en guerre, nous pouvons mobiliser des millions de personnes pour défendre le barrage. » Depuis l’intervention d’une médiation américaine début novembre, les tensions sont redescendues d’un cran, mais le différend est loin d’être résolu.

Lire aussi Corne de l’Afrique : une paix des braves signée Abiy Ahmed

Officiellement, la France refuse de s’impliquer dans ce dossier épineux, d’autant qu’elle a noué un partenariat stratégique avec l’Égypte d’Al-Sissi, l’un des principaux acheteurs d’armements français depuis 2014. Mais des Rafale avec le drapeau éthiopien pourraient gripper cette relation franco-égyptienne. « Les Égyptiens le prendraient mal, car nous sommes plus qu’en concurrence avec les Éthiopiens, qui ont tout fait pour aboutir au blocage de la voie diplomatique », estime Tewfik Aclimandos, professeur à l’université du Caire et fin connaisseur de l’état-major égyptien.

Lire aussi Égypte : derrière le business, le « partenariat stratégique » de Sissi avec Macron

En modernisant son aviation, « l’Éthiopie veut réaffirmer son statut de puissance régionale, vis-à-vis de ses voisins un peu plus sceptiques, comme le Kenya et l’Égypte, ou encore la Somalie », explique Sabine Planel, de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Selon cette spécialiste du pays, ces ambitions militaires ne sont néanmoins pas contradictoires avec son image de stabilisatrice régionale, puisque, en « se dotant d’un arsenal militaire, l’Éthiopie renforce sa crédibilité dans la région en tant que gardienne locale de la paix et se présente comme un rempart contre les mouvances djihadistes présentes dans la Corne de l’Afrique ».

… au bord de l’implosion interne

Les soldats éthiopiens participent déjà à plusieurs missions de maintien de la paix en Somalie, Soudan et Soudan du Sud. Dans des zones où les organisations internationales tendent de plus en plus à déléguer leurs interventions à des acteurs locaux, l’Éthiopie entend « adapter son armée à de futures opérations et à une force de dissuasion régionale motrice d’interventions conjointes dans le cadre de l’ONU », précise un analyste défense de la région qui souhaite rester anonyme et assure que l’Éthiopie s’est aussi tournée vers les États-Unis, la Russie et l’Italie pour renforcer son arsenal.

Ce rôle de gendarme régional tranche avec son incapacité à gérer ses propres tensions intérieures. En novembre dernier, 86 personnes ont été tuées dans des manifestations surgies à l’appel d’un opposant politique. « L’Éthiopie est au bord de l’implosion interne. Une restructuration plus globale du secteur militaire (dans l’hypothèse où les hommes suivraient les armes, et quand bien même cela serait financé sur d’autres budgets) favoriserait sans doute une résolution autoritaire et violente de la crise actuelle. Tout renforcement de ce secteur dans une situation de crise doit être surveillé avec beaucoup d’attention » prévient Sabine Planel.

Endettée, l’Éthiopie en a-t-elle les moyens?

Au-delà des considérations politiques, l’Éthiopie pourrait-elle rembourser l’État français ? Dans la lettre envoyée à Emmanuel Macron, le Premier ministre reconnaît lui-même son « manque criant de devises étrangères » et sollicite un prêt afin « d’être livré dans une courte période de temps ». Le service communication de l’Élysée assure au Point que « l’accord signé en mars dernier ouvre la voie à des coopérations sectorielles dans le domaine de la marine et de l’armée de l’air », mais que la France « n’en est pas à ce niveau de discussion ».

Avec une dette publique qui s’élève à 61 %, selon la Banque mondiale, ce pays de 110 millions d’habitants accumule déjà les emprunts étrangers. Entre 2006 et 2015, la Chine lui a prêté 13 milliards de dollars, en échange de l’octroi de licences pour des projets d’investissements. En juin 2018, la banque centrale éthiopienne a reçu un milliard de dollars des Émirats arabes unis, qui auraient joué un rôle dans le rapprochement entre l’Éthiopie et l’Érythrée, où se situe leur base arrière dans leur guerre menée au Yémen. Deux autres milliards de dollars émiratis vont, par ailleurs, financer des investissements en Éthiopie, vue par le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed Ben Zayed, comme un pivot de sa politique d’expansion et d’influence en Afrique.

*L’Égypte a acheté 24 Rafale, pour environ 90 millions d’euros chacun. Selon La Tribune, l’Ukraine a commandé des hélicoptères H-225 Super Puma autour de 15 millions d’euros l’unité, 5 millions pour le H125M et 11 millions pour le H145M ; l’Inde a acheté autour de 28 millions d’euros l’Airbus C295. Les drones Dassault Neuron n’ont pas encore été exportés, mais son programme a coûté 406 millions d’euros.